Dans n'importe laquelle des milliards de cellules qui composent notre organisme, la plupart des gènes sont éteints. Le petit nombre de gènes actifs au sein d’une cellule détermine sa personnalité. Les cellules cérébrales se comportent différemment des cellules qui tapissent notre intestin en activant, par exemple, différentes équipes de gènes. Garder la plupart du génome silencieux est un travail réalisé par des marques « mémoire » apposée sur la séquence de l’'ADN (méthylation de l'ADN) et sur les protéines qui empaquettent nos chromosomes (modifications des histones). Les scientifiques ont identifié des enzymes qui déposent ces marques mémoire sur l'ADN, et qui vont éteindre des gènes ; mais comment les gènes sont allumés n'est pas encore très clair. Qu'est-ce qui efface ces marques mémoire répressives ?

Frank Lyko et ses collaborateurs dans une « letter to Nature », décrivent une protéine appelée Gadd45-alpha, qui semble être impliquée dans le réveil des gènes en déshabillant le génome de ses éléments répresseurs. Les auteurs estiment que Gadd45-alpha active le processus de réparation de l'ADN, qui peut effacer des marques de méthylation, allumant potentiellement des gènes. Augmenter les niveaux de cette protéine dans des oeufs de grenouille, déshabille l'ADN des marques mémoire. Au contraire, de bas niveaux de cette protéine semblent augmenter la méthylation de l'ADN au niveau de tout le génome.