Les cellules de notre corps stockent l’information génétique dans leur noyau. Comme les noyaux sont très petits et que les molécules d’ADN sont très longues, ce n’est pas chose facile. C’est comme si l’on essayait de ranger un fil très mince de 10 kilomètres à l’intérieur d’un petit pois. L’ADN doit donc être fortement compacté pour pouvoir rentrer dans le noyau. Certaines protéines facilitent ce conditionnement de l’ADN en formant avec lui cette structure que l’on appelle chromatine. Peter analyse un groupe d’enzymes qui se servent d’énergie chimique pour que la chromatine reste souple et que l’information génétique puisse être utilisée selon les besoins, malgré son emballage extrêmement compact.