Depuis la brebis Dolly, de nombreux organismes ont été clonés. Le clonage consiste à transférer un noyau de cellule adulte dans un ovule femelle. Pour qu’un embryon créé de cette manière puisse se développer et former un organisme à part entière, les marques épigénétiques présentes dans le noyau de la cellule adulte, telles que des modifications chimiques de l’ADN et des protéines histone, doivent être effacées et reconfigurées. Wolf étudie précisément ce processus, que l’on appelle reprogrammation épigénétique, et pense que si l’on observe une mortalité élevée au cours du premier stade de développement des animaux clonés, c’est parce que la reprogrammation est inefficace. Une meilleure compréhension de l’épigénétique nous aidera à reprogrammer des cellules adultes pour mettre au point des thérapies à base de cellules souches.